vendredi 28 janvier 2011

[Égypte 2011] ÉPISODE 1

Un vendredi en Égypte
(28 janvier 2011)



Le Monde publie ce matin (28-01-2011) un graphique d'Arbor Networks, qui semble montrer que les autorités égyptiennes ont entièrement coupé l'accès à Internet depuis minuit. Le journal écrit : "Considérée comme ennemi d'Internet par l'organisation Reporters sans frontières, l'Égypte procédait depuis des années à un harcèlement juridique et policier des blogueurs et internautes dénonçant la corruption ou la politique du régime de Moubarak. Mais contrairement à la Tunisie, l'Égypte n'avait pas mis en place de systèmes de filtrage de sites ou services Web. Une politique qui a changé avec le début des grandes manifestations de janvier : les autorités ont tour à tour bloqué temporairement des services comme Twitter ou Facebook. Jeudi, la ville de Suez, théâtre de violentes manifestations la veille, était presque entièrement coupée du monde, avec de très fortes perturbations dans l'accès à Internet, mais aussi aux réseaux mobiles et fixes. - D'après de nombreux témoins dans le pays, les SMS sont également bloqués ce vendredi. Des perturbations sont par ailleurs rapportées dans les services mobiles et fixes par endroit, sans qu'un blocage complet n'ait semble-t-il été mis en place.

[11:15, twitter] Everything ██is█████ ████ ████fine ███ █ ████ love. ████ █████ the ███ Egypt ███ ████ government ██ #jan25 #Egypt #censorship

[Traduction] Tout ██ va █████ ████ ████ bien ███ █ ████ j'aime ████ █████ le ███ gouvernement ███ ████ égyptien ██  Suivez les hashtags #

L'AFP annonce ce matin que Le Caire est quadrillé par les forces de sécurité. Le problème sera de faire sortir les informations du pays malgré la coupure d'Internet. Reste le bon vieux téléphone fixe.


De même, le journal Al-Masry Al-Youm, qui reste accessible pour l'instant, n'a pas été actualisé depuis hier soir (il est listé dans la colonne de gauche).

[13:00](*) BFM annonce des heurts entre manifestants et policiers en présence de l'opposant Mohamed El Baradei, prix Nobel de la paix avec l'Agence internationale de l'énergie atomique, qui vient de rentrer au pays. La chaîne d'information rapporte également que les reportages sont censurés et que la communication avec l'Égypte est très difficile.

Der Spiegel titre :  La police égyptienne a la permission de tirer. Le site de l'hebdomadaire allemand rapporte la mise en service de canons à eau et des jets de pierre dans les rangs des manifestants. Il y aurait de nombreuses arrestations au Caire notamment sur les places Tahrir et Ramsès ainsi que dans le quartier d'al-Isaaf. Beaucoup de gens auraient été contrôlés et fouillés.  Dans la matinée, de nouvelles protestations auraient également eu lieu à Suez. - Selon une information émanant du milieu de la sécurité égyptienne, "la police a reçu des consignes claires d'empêcher toute manifestation et de tirer, le cas échéant, sur les manifestants". - D'après un avocat, "la police égyptienne aurait arrêté dans la nuit au moins 20 membres du mouvement oppositionnel des Frères musulmans, dont cinq ex-députés du parlement."



[14:00] Die Zeit titre : La police utilise la violence contre les opposants à Moubarak. "Après la prière du vendredi, des heurts se sont produits entre la police et les manifestants devant une mosquée au centre du Caire. Auparavant, l'opposant politique Mohamed El Baradei avait fait la prière en compagnie de 2000 fidèles sur une place devant l'édifice religieux. Après la prière, des participants s'étaient mis à demander en chœur  la démission du président Hosni Moubarak. Quelques secondes plus tard, la police effectuait des tirs  d'avertissement en l'air avec des projectiles en caoutchouc, utilisait des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour disperser la foule réunie sur la place, rapporte un correspondant du journal britannique Guardian." Le site de l'hebdomadaire allemand rapporte aussi que des tanks et des véhicules de transport de troupes  s'étaient positionnés sur les grandes places et dans de nombreuses rues de la capitale. Des heurts  auraient également lieu à Alexandrie.

[14:30] De nombreuses sources rapportent que les communications mobiles ont été suspendues dans le pays. Les affrontements semblent se faire de plus en plus violents. Le Spiegel et le Guardian annoncent que Mohamed El Baradei aurait été arrêté. Al Jazeera, qui diffuse en boucle des images en provenance d'Égypte, montre des combats de rue acharnés. La chaîne d'information annonce que la police a détruit des caméras de journalistes occidentaux, notamment allemands. Le studio égyptien de la station est envahi par des gaz lacrymogènes, quand la présentatrice ouvre la fenêtre pour faire entendre le chœur des manifestants qui crie "À bas le régime".

[15:00] BFM annonce que quatre journalistes français ont été arrêtés. Le correspondant de la chaîne rapporte que, depuis une heure, des grenades lacrymogènes sont lancées toutes les 20 secondes et que la police matraque les manifestants. - Selon son fils interrogé par Al Jazeera, le leader oppositionnel Ayman Nour a été transporté à l'hôpital et se trouve aux soins intensifs, après avoir été blessé à la tête. Le Guardian précise que la pierre qui l'a touché a été lancée par un agent du gouvernement. M. Noun souffre de diabète et de troubles cardiaques. Il avait  été candidat aux présidentielles de 2005 contre Hosni Moubarak et jeté en prison par la suite.

[15:15] Al Jazeera et le Guardian annoncent qu'une jeune manifestante a été tuée sur la place Tahrir, dans le  centre du Caire. - Un commentateur de la chaîne d'information lance : "c'est le chaos... c'est le chaos absolu !"

[15:30] Peter Bouckaert, de l'organisation Human Rights Watch, en poste à Alexandrie, raconte que : "La police a mis fin au combat avec les manifestants. Les deux parties discutent à présent, et les manifestants apportent de l'eau et du vinaigre (contre le gaz lacrymogène) à la police. L'appel à la prière de l'après-midi vient d'être fait lancé, et des centaines de personnes prient devant la mosquée d'Alexandrie Est." (in Guardian)

[15:45] Selon Peter Beaumont, une bataille entre la police et des manifestants fait rage au pont sur le Nil de Kassr : "La gaz a tout blanchi, mais les manifestants font reculer la police". Comme Jack Shenker et Human Rights Watch, Peter a également noté que les manifestants cherchent à persuader la police de se rallier à eux (in Guardian).  Et voici une vidéo d'Associated Press prise aujourd'hui au Caire [son très faible] :



[16:00] Der Spiegel annonce : "Des scènes dramatiques aux abords du pont du 6 Octobre, au cœur du Caire. Les manifestants jettent des pierres sur les véhicules blindés de la police, les fonctionnaires répliquent avec brutalité et tirent des grenades lacrymogènes dans la foule. Des manifestants en sang passent devant la caméra de la chaine Al Jazeera, beaucoup de blessés gisent par terre et sont soignés par les gens."

[16:15] La police est en train de reconquérir le pont du Caire à coups de grenades lacrymogènes que les manifestants essayent de lui renvoyer.- Selon Al Jazeera, les manifestants ont pris le contrôle de la place centrale de Suez. Il n'y a plus de présence policière. Selon le correspondant de la chaîne, "la police a été totalement défaite par le pouvoir du peuple". (in Guardian). Trois véhicules blindés ont été incendiés à Suez, selon la chaine d'information qatarie.

[16:30] Une journaliste d'Al Jazeera compare Le Caire à une zone de guerre : "Il pleut des grenades lacrymogènes". -  Reuters rapporte la mort d'un manifestant à Suez. - Des agents de la sécurité égyptienne annoncent que le prix Nobel Mohamed El Baradei est placé en résidence surveillée.

[16:45] Sur twitter, on annonce la destruction des sièges du Parti National Démocratique (PND) de Hosni Moubarak à Dumyat (Daniette) et Almansoura. - Rawya Rageh d'Al Jazeera affirme qu'elle a vu un manifestant tué à Alexandrie, son corps en sang transporté à travers les rues par la foule scandant : "Il n'y a pas d'autre dieu que Dieu." La correspondante ajoute que la police est maintenant dépassée par les manifestants dans cette ville.

[17:00] Selon un commentaire sur Al Jazeera, l'armée, qui s'est tenue à l'écart jusqu'à présent, pourrait faire son apparition. -  D'après le Guardian, la foule du Caire réclame les renforts et le soutien de l'armée :  "Où est l'armée ? Venez voir ce que la police nous fait. Nous voulons l'armée", criait-on dans le centre.ville avant que les grenades lacrymogènes ne recommencent à pleuvoir. - Le site du journal égyptien Al-Masry Al-Youm est à nouveau actualisé. Dernière information : "À l'Est du Caire, des milliers de manifestants se dirigeraient vers le palais présidentiel à Héliopolis."

[17:30] Les médias d'État décrètent un couvre-feu dans 30 minutes, qui durera de 18:00 à 7:00 demain matin et concerne les villes du Caire, d'Alexandrie et de Suez. D'après la Guardian, les protestataires ne semblent pas près de s'y plier et la police ne paraît pas en mesure de les y contraindre. - Une petite trêve des hostilités pour la prière du soir, tandis que les réverbères oranges s'allument...

[17:45] La TV égyptienne annonce que le président Moubarak a demandé à l'armée d'assurer le maintien de l'ordre aux côtés de la police, sans doute pour imposer le couvre-feu qui commence dans 15 minutes. - Selon le correspondant du Spiegel : "des milliers de manifestants sont sur le point de prendre le contrôle de la place Tahrir au centre du Caire. Ils portent des banderoles et des pièces en métal pour se protéger. Ils ne se laissent pas intimider et bravent le gaz lacrymogène. Ils se battent pour avancer mètre par mètre. La police ne semble pas disposée à affronter la foule plus longtemps."

[18:00] Début du couvre-feu. La nuit tombe sur Le Caire. Sur Al Jazeera, on aperçoit de la fumée qui s'échappe d'un bâtiment proche du siège du PND. - Les manifestants incendient un véhicule blindé qu'ils ont essayé de jeter dans le Nil. - Le décret du couvre-feu ne semble faire aucun effet.

[18:15]  Selon le Guardian et Al Jazeera, le président Moubarak se préparerait à faire un discours télévisé ce vendredi soir. - Nuit noire. Les flammes jaillissent d'un véhicule incendié. - D'après Al Jazeera, des véhicules blindées, des tanks de l'armée se dirigent vers les centres du Caire et de Suez. - Selon le Guardian, qui se base sur des images TV, c'est le siège du parti gouvernemental PND qui est en feu. L'information est confirmée par Amin Iskander, un opposant du parti nassériste Al-Karama, au téléphone sur Al Jazeera, qui affirme que tous les autres sièges du parti seront incendiés.

[18:30] Les véhicules militaires patrouillent, mais on ignore encore quel camp l'armée va soutenir, selon Peter Beaumont, le correspondant du Guardian au Caire.- Sur Al Jazeera, on entend un grand nombre de détonations, interprétées comme des coups de feu. - Reuters signale des tanks à Suez. - Selon Al Jazeera, un poste de police au centre du Caire, des véhicules de patrouille et un réservoir d'essence devant le poste sont en flammes. À l'instant, le commentateur croit reconnaître le bruit d'une fusillade intense.

[19:00] CNN rapporte qu'un manifestant a été abattu au Caire en ramassant une pierre qu'il voulait lancer sur les forces de l'ordre. Des témoins et la police ont confirmé la mort de l'homme.- Al Jazeera fait un plan fixe sur l'important incendie d'un bâtiment au Caire. - À l'instant, la ministre américaine des Affaires étrangères, Hillary Clinton, qui se dit "très préoccupée par l'usage de la force", lance un appel au calme, exhorte le gouvernement égyptien à rétablir les communications et à mettre en œuvre des réformes. Vu la situation présente, elle aura peu de chances d'être entendue.

[19:15] On continue de rapporter des patrouilles militaires dans les rues du Caire. Sur une image d'Al Jazeera, on voit quelques personnes applaudir à leur passage. - Selon Associated Press, des milliers de protestataires essayent de prendre d'assaut les bâtiments du ministère des Affaires étrangères et de la télévision d'État.- Les intentions de l'armée restent incertaines. - Le nombre des véhicules incendiés augmente. - Le couvre-feu n'a aucun effet, pour l'instant.

[19:30] Un membre du groupe autour de M. El Baradei annonce sur Al Jazeera que 80.000 personnes protestent à Port Saïd, où un enfant de 14 ans aurait été tué. - La chancelière allemande Angela Merkel, qui participe au forum économique mondial de Davos, exhorte le gouvernement égyptien à autoriser des protestations pacifiques. Elle affirme que la stabilité du pays est extrêmement importante, mais que la liberté d'expression doit y être garantie (in Spiegel)

[19:45] Le couvre-feu vient d'être étendu à l'ensemble du pays, comme l'annonce la TV d'État. - Selon Reuters, dix personnes ont été blessées au Caire aujourd'hui, certains par balles. - Peter Bouckaert (Human Rights Watch) : "L'armée s'est déployée à Alexandrie, mais l'ambiance est calme. Les soldats parlent avec les protestataires. Les incendies du bâtiment du gouvernorat et de beaucoup de commissariats d'Alexandrie se confirment." (in Guardian) - On continue d'attendre l'intervention du chef de l'État, annoncé deux heures plus tôt, tandis que les forces de l'ordre protègent les bâtiments officiels. - "Où est Moubarak ?" demande le Spiegel.

[20:15] On entend les sirènes des véhicules de pompiers. On craint que les flammes s'emparent du Musée National d'Égypte au Caire. À entendre le bruit sur le microphone du commentateur d'Al Jazeera, il semble y avoir beaucoup de vent. - Les images montrent á présent des manifestants qui acclament les chars de l'armée.

[20:30] Interviews de manifestants sur France 3, qui réclament de l'eau, de la nourriture, du travail. - Les mêmes images passent en boucle sur Al Jazeera, qui suit les événements depuis le début de la journée. - Selon une information non confirmée, diffusée sur Al Jazeera, l'armée se serait heurtée aux forces de police au Caire. - Le Spiegel rapporte que les protestataires ont pris d'assaut le bâtiment de la télévision d'État, qui selon la chaîne d'information  al-Arabiya (de Dubaï) continue d'émettre.

[20:45] Titres d'Al Jazeera : Plusieurs bâtiments en feu à Suez, tandis que les manifestants bravent le couvre-feu.- Au Caire, les protestataires ont pillé le QG du parti gouvernemental en proie aux flammes. - On avance le chiffre de 870 blessés pour la seule ville du Caire (Reuters, rapports médicaux).

[21:00] France 2, interview d'une femme : "Celui qui succède à Moubarak je m'en fiche, pourvu qu'il s'occupe des pauvres !" Compte-rendu au Caire : Couvre-feu non respecté, voitures incendiées, plusieurs bâtiments en feu. Commentaire de Charles Enderlin : "Le Caire va passer une soirée, une nuit très, très longue." - Titre d'Al Jazeera : Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, condamne la coupure d'Internet et exhorte le gouvernement égyptien à éviter d'autres violences. "L'un des principes fondamentaux de la démocratie est la protection et la garantie de la liberté d'expression des citoyens", a-t-il déclaré en marge du forum de Davos (in Spiegel). - La compagnie Egypt Air suspend tous ses vols pendant 12 heures à partir de maintenant (21:00).

[21:15] La Maison Blanche vient d'annoncer qu'elle diffère la conférence de presse prévue sur la situation égyptienne. On spécule que le président Obama pourrait s'exprimer en personne (in Guardian). - Selon des sources médicales, au moins cinq personnes ont été tuées au Caire (in Spiegel).

[21:30] Reuters rapporte qu'un témoin a vu l'armée disperser les protestataires qui ont cherché à s'emparer du bâtiment de la télévision dans le centre du Caire (in Guardian). - Le Spiegel écrit : "Le chef du parti libéral du Wafd,  Sajjid al-Badawi, exige ce vendredi soir la formation d'un gouvernement de transition et un changement de la Constitution. Il déclare aussi que son parti refuse pendant cette phase critique "toute ingérence étrangère". La chaîne d'information al-Arabiya a retransmis la conférence de presse. Le parti du Wafd est réputé traditionaliste. C'est le premier groupe politique à prendre la parole dans la situation confuse qui règne au Caire." - La compagnie allemande Lufthansa annule un vol prévu pour 4:50 demain matin en raison du couvre-feu.

[21:45] D'après le Guardian, Nile TV, une chaîne publique rattachée à la télévision d'État (ERTU), diffuse à présent des images des protestations. Le journal ajoute : "C'est peut-être un événement significatif car ces images sont en contradiction avec les émissions précédentes du diffuseur."- Titre d'Al Jazeera : Une douzaine de véhicules incendiées près du QG du parti gouvernemental.

[22:00] Le Guardian rapporte cet échange :  "Ben Wedeman de CNN  – qui a fait de l'excellent travail toute la journée – est interrogé sur la raison pour laquelle les choses se sont calmées au Caire. "Jim,  les choses se sont calmées parce qu'il n'y a pas de gouvernement ici." Autrement dit, l'armée et la police ont disparu." - Par ailleurs, on commence à s'inquiéter pour le tourisme, qui est une source importante de revenus pour le pays. Les différents ministères ont donné des consignes aux visiteurs européens et nord-américains sur place. Selon une voyageuse citée par le Guardian, les sites touristiques ne seraient pas ou peu touchés par les mouvements de protestation.

[22:15] Le Guardian annonce que la conférence de presse sur l'Égypte vient de commencer à la Maison Blanche. - Le Spiegel rapporte que le président Obama a été "briefé" pendant 40 minutes par ses conseillers spéciaux, dont  Tom Donilon, sur la situation égyptienne. - Or, c'est Robert Gibbs, attaché de presse de la Maison Blanche, qui répond aux journalistes. Il confirme que le président n'est pas entré en contact avec Hosni Moubarak. Un certain nombre de ses réponses sont évasives : rien d'important ne filtre. (in Guardian) - Selon le Spiegel, "il semble que les manifestations s'accompagnent de pillages au Caire. Un jeune manifestant a déclaré sur al-Arabiya qu'il aurait vu des hommes piller des magasins dans le quartier résidentiel  de  Mohandesien. Aucun policier, aucun soldat ne se seraient interposés.  Un patron de restaurant a dit : "Ce chaos sera une leçon pour les jeunes gens cultivés, qui ont organisé leurs manifs sur Internet. Voilà qu'ils ont fait sortir la populace et les pillards dans la rue, ce n'est surement pas ce qu'ils voulaient faire"."

 [22:45] Sur Al Jazeera, un observateur pense que Hosni Moubarak a perdu la confiance du peuple, mais également celle de l'armée. Il est décrit comme une personne arrogante sans aucune écoute. -. La chaîne annonce 11 morts et 200 blessés à Suez. - Une journaliste a interrogé des soldats qui ont déclaré que leurs ordres se résumaient à protéger les gens et la ville.

[23:00]  Al Jazeera montre le bâtiment du PND en flammes. Un titre souvent répété veut que les manifestants applaudissent au passage des véhicules militaires. Sur les images, l'enthousiasme populaire semble plutôt modéré. En effet, on ne connaît toujours pas la position de l'armée. - Le Spiegel rapporte que le chef d'état-major de l'armée égyptienne, le général Sami Enan écourte une visite aux États-Unis pour rentrer au pays. - Al Jazeera annonce que les soldats se seraient joints aux protestataires pour protéger le Musée National du Caire. - Un tweet (!) de Ben Wedeman (@bencnn) au Caire pour CNN : "Vu le QG du parti au pouvoir en flammes, la police se réfugier à la caserne quand les protestataires ont essayé de les poursuivre. Entendu que le parlement brûle."

[23:30] Al Jazeera signale l'imminence d'une "annonce importante" du parlement égyptien. - Reuters parle maintenant de 1030 blessés au Caire où 5 morts sont déplorés jusqu'à présent ; le nombre de morts à Suez est passé à 13, auxquels s'ajoutent 75 blessés dans cette ville.

[00:00]  Tous les derniers tweets de Ben Wedeman semblent avoir disparu de son compte. À présent, il dit "bonne nuit" dans un message vieux de six heures ! Le nombre d'abonnés a également diminué d'un tiers. - Sur Al Jazeera, on continue de se faire des soucis : "Où est le président ? Où est le Premier ministre ? L'Égypte n'a pas de vice-président !" On attend l'annonce "importante" et "imminente" du porte-parole de l'Assemblée populaire...

[00:15] C'est le président Moubarak en personne qui se charge de la déclaration en direct sur Al Jazeera. Son utilisation du "nous" laisse présager qu'il a l'intention de s'accrocher au pouvoir. Il déplore les "victimes innocentes des deux côtés" et fustige la violence, le chaos, le pillage de ce que "nous" avons construit. Il comprend la souffrance du peuple, les problèmes de chômage. Il parle de "réformes" qu'il faut poursuivre, il promet "plus de démocratie", de "liberté des citoyens". Il annonce qu'il nommera demain un nouveau gouvernement, et qu'il fera tout le nécessaire pour maintenir la sécurité dans le pays.  "Que Dieu bénisse l'Égypte" etc.

[00:30] L'heure est maintenant aux comptes et aux commentaires. Mais il n'est pas certain que la rue renonce aussi vite, et sur des promesses aussi vagues et rhétoriques, à une parole qu'elle vient tout juste de prendre.

~ Un vendredi en Égypte - Fin de l'épisode  ~
(*) Heure du Caire

1 commentaire:

  1. La révolution égyptienne est en marche. Le dictateur a peur et il tombera après 30 ans de régne. D'ailleurs, il a montré des signes de faiblesse, en suspendant facebook et le réseau de la téléphonie mobile. Encore un peu d'effort, jeunes égyptiens, les Tunisiens vous soutiennent.

    RépondreSupprimer

Ce blog est désormais fermé.

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.