mardi 24 décembre 2013

Mr. Snowden est encore en vie

Quand j'ai entendu Peter Johnson jr. déclarer sur Fox News que Snowden était un lâche ("coward"), je me suis dit...


Et quand j'ai entendu dire qu'il était un traitre...


On l'a même traité de voleur parce qu'il a obtenu ses informations en piratant les  collègues...


Vous imaginez bien que les services occidentaux ne lui pardonneront jamais cet affront, qu'ils seront à ses trousses n'importe où dans le monde jusqu'à la fin de sa vie. Et ne croyez pas Edward Snowden assez stupide pour ne pas avoir pleinement conscience du risque qu'il allait encourir. Alors votre accusation de lâche, Mr Johnson, je suppose que vous savez où je pense que vous pouvez vous la mettre ! - En effet, il en faut pour résister à la pression des services, à la perspective qu'on peut vous abattre n'importe où, sans que les enquêteurs ne puissent jamais confondre les véritables assassins...



Et qu'est-ce que c'est un traitre ? Snowden a dû signer un contrat pour assurer ses employeurs contre les fuites. Il a rompu ce contrat. Cela se voit tous les jours. Et si un employeur veut virer un employé, il trouve toujours une bonne raison. Mais il rompt lui aussi un contrat. Et pour les services dont il est question, je vous fiche mon billet que certaines ruptures de contrat ne se terminent pas à pôle emploi mais à la morgue ! - Or, justement, ces services sont supposés travailler pour la sécurité de la nation américaine. Et ils le font en espionnant non seulement leur propre pays, mais le monde entier. Avec les débats actuels au Congrès visant à freiner un peu les ardeurs orwelliennes de la NSA, qui n'auraient jamais eu lieu sans l'action de Snowden, peut-on encore parler de trahison ou ne s'agissait-il pas davantage d'une action de salut public ? - En effet, un article récent de H.M. Enzensberger [Vom Terror der Reklame] met les points sur les I : il ne s'agit pas de l'Etat démocratique, mais d'un Etat profond ("deep state") que personne n'a jamais élu, mais qui, depuis qu'il existe, ne cesse de mettre une pression terrible sur les politiciens et les gouvernants, allant jusqu'à exercer une influence déterminante sur les politiques gouvernementales. - C'est cet Etat profond que Snowden trahit. Pour ne pas avoir, par son action dans les "profondeurs", à trahir l'Etat démocratique !


Mais la meilleure, c'était tout de même l'accusation de vol ! - Et le piratage, l'enregistrement, l'analyse, l'utilisation des données de milliards de personnes,  comment faut-il appeler cela ?


Ces quelques remarques pour dire que Mr. Snowden est encore en vie ! Et que, dans son exil russe, il vient d'accorder un long entretien au Washington Post où il affirme que sa mission est accomplie. Dès lors, il ne me reste qu'à vous souhaiter de bonnes fêtes, Edward, et surtout une heureuse année 2014 !


snowden
Photo : Barton Gellman / Washington Post

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ce blog est désormais fermé.

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.