jeudi 19 juin 2014

En vrac (encore)





À l'heure où nous écrivons ici – dans un environnement relativement pacifié – les affrontements en Irak (et en Syrie) frisent l'horreur absolue. Les exécutions sommaires me font penser à la progression des troupes nazies vers l'Est, du côté de l'Ukraine. Décidément, l'horreur est humaine : Horror humanum est !

Pendant ce temps, la fête du football bat son plein. Joue à fond son rôle de divertissement planétaire. Au Brésil même, où les « couches populaires » tirent le diable par la queue. Dans les pays dits « riches », où l'on est quotidiennement abreuvé d'atrocités aux heures des repas. Et du reste oppressé par le terrorisme économique. Dans les pays dits « pauvres » également. Pour oublier la misère noire, le temps d'un Mundial.
3062013pele

Les interventions sous la note précédente consolident l'hypothèse qu'un match simule une bataille. La balle serait alors le projectile que l'on essaye de caser dans la « maison » adverse, les deux équipes figurant les armées qui s'affrontent, en principe sans se toucher, car il faut jouer le ballon et non l'homme : le combat mis en scène ici n'est donc plus ad hominem, mais déjà « médiatisé » par le projectile. Avant d'être médiatisé tout court.

C'est certainement sa diffusion planétaire – sa « mondialisation » au sens littéral – sponsorisée par les « global players », le merchandising et boosté par le « star system » qui fait de ce sport – naguère simplement « populaire » – une superproduction quasi-galactique, enclenchant cette spirale rétroactive bien connue des magnats du show business : chacun s'intéresse à ce qui est censé intéresser « tout le monde ».

3062013adios

Du coup, c'est également la « socialisation » par le football qui importe : on regarde les matchs en petit ou grand comité, dans un bar, sur écran géant ou au stade, on soutient l'équipe de son pays, on commente et on critique. Ce sont ces discours, tous plus ou moins experts et tous plus ou moins vides, qui permettent de ne pas parler de l'essentiel : de la difficulté d'exister, de la solitude, de la mort.

Mais revenons un instant à notre bataille stylisée : contrairement à un combat réel, le terrain des affrontements est plat, sans aspérités, un rectangle rigoureux qui n'autorise aucun débordement. Et le temps est limité, créant ce suspense des dernières minutes où tout doit se décider, où tout semble encore possible. De plus, ce conflit symbolique partage une caractéristique essentielle avec le rêve : il ne porte pas à conséquence, si l'on excepte ce fameux « manque à gagner » en cas de défaite qui ne devrait pas être trop lourd à porter pour les bourses des joueurs professionnels. Et quelques larmes de supporters, cette perte de liquide corporel rapidement compensée par la tournée suivante.
 3062013robben

Il se pourrait donc que le football sublime notre instinct guerrier, notre condition d'êtres territoriaux et temporels, symbolisée par les limites du terrain et la mesure du temps : les deux prérequis de l'existence humaine, ces créatures que les anciens Grecs appelaient encore si justement les mortels. J'ajouterais : conscients de l'être. - L'origine du divertissement.




Commentaires


Bonsoir SK
Sympa d'être passé "chez moi".
J'aime bien votre photo de bandeau, avec les parasols, bien frêles remparts contre le soleil, le vent et la mer, mais pourtant très efficaces lorsqu'il s'agit de lézarder.
J'ai eu une inspiration analogue devant un océan.
Rien ne ressemblant plus à un océan qu'un autre océan.
Cdlt
:-)

Écrit par : Pyroman | 19/06/2014



Narbonne-Plage dans toute sa splendeur désertique, les estivants partis au ravitaillement...

Take it easy !
Écrit par : sk | 20/06/2014




Bonsoir sk, je n'adhère pas à la thèse de l'assimilation du foot à la guerre, en tout cas dans le cadre de la présente coupe du monde, on ne sent pas de hargne et de haine comme lors de match hooliganisés. On sent l'"envie" des joueurs, ça fonce, et plein de buts sont marqués -et encaissés-. Notre équipe n'a rien à voir avec celle d'il y a 4 ans, ces jeunes font plaisir à voir -même Benzema, écarté en 2010, est désormais transfiguré (nonobstant les lèvres fermées pendant l'hymne). Ne jouons pas aux intellos blasés à qui on ne la fait pas; certes il y a le fric, les supporters bidochons, le nuage de fumée éphémère, mais ça fonctionne.

La Syrie, l'Irak... oui, de vrais drames et de lourdes menacent pour l'avenir.

L'humain est divers, souriant et fraternel, ou féroce et sanguinaire.
Écrit par : nolats | 20/06/2014


Bonjour Nolats,

j'ai l'impression que vous n'avez pas bien lu... (mais il est également possible que je n'ai pas bien écrit...)

ne le prenez pas pour vous, mais je n'ai pas envie de justifier et encore moins d'interpréter mon petit texte... en espérant que vous n'y voyez aucune arrogance : j'essaye tout de même de proposer plusieurs niveaux de lecture, et le contenu me semble un brin plus nuancé que ne le laisse entendre la réduction que vous opérez avec votre remarque...

Au plaisir,
Écrit par : sk | 21/06/2014



C'est vrai, j'ai "projeté" au delà de votre texte, à partir de certaines formules. Mais passer de la guerre Syrie-Irak à l'expression "un match simule une bataille", c'est ce qui a déclenché le début de mon commentaire; et puis, disons que j'ai poursuivi sur l'impression d'une certaine condescendance dans la suite du texte.

Écrit par : nolats | 21/06/2014

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ce blog est désormais fermé.

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.