vendredi 12 septembre 2003

La Bourse ou la Vie ? (2003)


Bribes dans un carnet
(vendredi 12 septembre 2003)

La noirceur ambiante a un côté objectif : sur cette planète, nous nous dirigeons lentement mais infailliblement vers une catastrophe, prévue de longue date (au plus tard depuis les années 1960/70). Bien sûr, on peut œuvrer à changer les choses, à penser différemment, dans une sphère de proximité ; mais sur le plan mondial, ou global comme on se plaît à dire, cette pensée, ces actions en vue d'un changement en profondeur des choses font figure d'activités marginales, alors que la critique au système marchand, qui nous est imposé au quotidien, se fait chaque jour plus pressante, ainsi que le souhait, le vœu de le voir disparaître sous cette forme excessive, outrancière, automatique. Alors : qu'attend-on ? - Une mutation dans les esprits, ou bien compte-t-on sur les catastrophes, passées, présentes, à venir, pour faire prendre conscience aux gens du caractère lié, intriqué, inextricable des choses : de notre responsabilité individuelle dans la machinerie sourde et aveugle des activités humaines sur cette planète...?

La vraie catastrophe, son générateur, c'est la société contemporaine de consommation : de fait, c'est une non-société, une assemblée forcée, forcenée d'autistes qui coexistent sans vraiment vivre ensemble, sans véritable égard pour autrui, prochain ou lointain. La seule chose qui compte, c'est la préservation, à tout prix, du cycle, de la circulation effrénés de la marchandise, de l'atelier de fabrication jusqu'au dépotoir, en passant par l'hypermarché et la retape : ces produits sont faits pour ne pas durer, faits pour être vendus, non pour être utilisés, faits pour être jetés.


Je suis au comptoir du Vaudeville, place de la Bourse. Ici, le mal a été fait ce matin, est fait à midi, sera encore fait ce soir, et les spéculateurs déjeunent de petites crevettes ou de gros saumons, le casque de téléphone rivé à l'oreille ou un journal de sport à la main. Vaudeville. Tarte à la framboise en guise de golden dessert. Cocaine decisions, comme chante Frank Zappa. Puis me voici dans le hall d'accueil d'un organe de presse. J'attends une excellente camarade. Elle me parle d'un scoop de chez scoop. Promis, je ne dirai rien. Elle s'excuse : elle ne peut pas me voir maintenant comme convenu. Un problème de maquette. J'atterris dans une rue adjacente, à la terrasse d'un bistrot de quartier. Du genre comme on n'en fait plus. Le soleil apparaît de derrière les fagots. Et les nuages, ces merveilleux nuages qui passent, comme dirait le poète.

Sans transition, je pense à cette lionne qui, à plusieurs reprises, a adopté un bébé gazelle, sans jamais faire de mal à aucun d'entre eux. Une histoire véridique [*]. Histoire de se réconcilier avec le caractère surprenant de la Nature, avec son génie et sa sublime créativité. En attendant la mutation décisive de l'être humain qui renoncerait enfin à ses activités destructrices, contraint par la force des choses, un être humain qui aurait compris que nous sommes uniquement des passants, des passagers de la Planète Bleue. Alors, devant ce ciel indécis, j'opte pour une suspension : cessons d'hypothéquer l'avenir, tant en paroles qu'en actes...


Sans transition. C'est vrai, ma TV a rendu son âme électronique. C'était l'adresse première de ce billet. Je l'avais oubliée. Oui, c'était un objet pour ne pas durer. Et moi, comme les autres, j'étais un junkie du petit écran, à la fois fasciné et horrifié par tant d'inculture et de trivialité, tant de montages pervers et d'absurdités. Reste la radio. Il faudrait réécrire des pièces radiophoniques pour purger l'imaginaire populaire de toute cette imagerie bouffonne ou morbide, hyperréaliste ou fantasque, qui est servie aux heures des repas : pâtes du soir espoir, café du matin chagrin. Mais la radio, que j'écoutais beaucoup la nuit, s'use aussi : les émissions avec les auditeurs qui débitent leur désarroi à la chaîne ou les programmations musicales casse-oreilles squattent les fréquences, prennent la place des belles productions radiophoniques des débuts, comme le coup génial d'Orson Welles ou les délires de Carbone 14, semblant interdire toute créativité à venir. Or, si transformation il doit y avoir, la radio serait plus propice à devenir un médium "chaud", ou simplement vivant, que cette satanée boîte à images, désespérante pour ses sempiternelles pitreries et rediffusions, ses automatismes de répétition dignes des plus grands psychopathes, son nombrilisme insensé, son culte malsain et monolithique de l'image, de la "présentation" ou de la "modération", sans oublier ces spots publicitaires qui donnent encore l'aperçu le plus franc de la motivation profonde des concepteurs : vendre, vendre à tout prix...! Et, tandis qu'au loin j'aperçois la forteresse apparemment imprenable de la Bourse, je me surprends à penser qu'il est utile de reposer cette question à tous les citoyens responsables du monde: "La Bourse ou la Vie...?"

[*] Ici, on peut prendre connaissance de l'histoire de la lionne et de l'oryx, malheureusement sous forme bien trop mélodramatique. Et là, in english. - D'autres versions un peu plus sobres existent certainement...