jeudi 1 octobre 2015

Race ? Vous avez dit "race" ?

Race signifie également course en anglais (déformation professionnelle). - J'ai déjà publié une ou deux notes sur le sujet, bien que la vie m'ait appris qu'il est vain de vouloir "ramener à la raison" un raciste convaincu en usant d'arguments scientifiques, notamment biogénétiques. En ce sens, le racisme relève bien de la doxa, de l'opinion, de la conviction, de l'idéologie, voire de la foi.

Mais dites à un religieux que son dieu est une invention humaine, destinée à servir - justifier, légitimer - un pouvoir politique, résolument terrestre : vous allez entendre parler du pays ! - Et dites à un raciste invétéré que les races humaines sont des inventions pour asseoir la supériorité d'un clan, d'une tribu, d'une ethnie. d'un peuple, d'une nation sur d'autres, vous aurez gagné votre journée !




Puis d'abord : qu'est-ce qu'un raciste ? - Réponse simple : quelqu'un qui croit à l'existence et la différence, mais surtout à l'inégalité des races. Et bien sûr à la supériorité de la sienne propre sur (toutes) les autres. - Mais alors : qu'est-ce qu'une race ? - Comme les faits et les preuves scientifiques sont ici retournés à l'envoyeur, il faut croire que le raciste donne une signification privée à ce mot qui résiste par conséquent à toute analyse.


Or, le racisme n'en est pas moins une construction relativement complexe, mariant un discours suprématiste "étudié" avec une sorte de ressentiment viscéral à l'égard de personnes censées appartenir à une "race inférieure". Ce "ressenti raciste" est apparemment déclenché par une série de "critères raciaux", mais aussi par des comportements relevant d'une culture, d'une religion, d'une langue différentes.


L'étude de ces phénomènes sans le recours aux sciences naturelles, qui récusent toute subdivision "raciale" au sein de l'actuelle espèce humaine, touche alors à des disciplines aussi diverses que l'éthique, la théologie, la linguistique, sans oublier la psychologie et la politique ou encore le droit et l'histoire. Vaste programme dont le résultat probable - le raciste persiste et singe - donne plutôt envie de laisser son monde se débrouiller avec ses fatal system errors.

1 commentaire:

  1. COMMENTAIRES DES BLOGUEURS/GUEUSES DE L'OBS



    Hi SK,
    Je suis bien évidemment d'accord avec vous (comme beaucoup d'autres blogueurs) mais mon problème est ailleurs. Le buzz me gène. Cette idée que vous développez, si elle l'est sans aucun rapport avec l'actualité, me séduit et je l’applaudis. Lorsqu'elle est incluse dans un brouhaha médiaco-populo-dextro-gaucho-bienpensant, cela me met mal-à-l'aise. Ceci dit, vous connaissant un peu (je vous lis assez souvent (même si je ne commente pas trop), je peux imaginer que vous n'avez pas besoin de l'ambiance du moment pour vous exprimer. Bonne soirée.
    Sylvain.

    Écrit par : Shānyáng le jeudi 01 octobre 2015 à 19h19
    Avertir le modérateur

    Non le buzz, les réactions (notre plate-forme ne reflète qu'une partie infime de la logorrhée ambiante) m'ont bien sûr fait écrire ces lignes que j'avais gardées par-devers sans voir l'utilité de les insérer ici. Et peut-être pour les retravailler. Pour pallier aux insuffisances, je propose le film "Human".

    Un vrai problème dans cette affaire, c'est le double aspect des frontières qui séparent les gens. D'un côté, il y a cloisonnement, séparation, exclusion et tout ce que vous voulez, de l'autre il n'y a aucune frontière économique : tout est perméable à l'intrusion du système marchand - mes plus plates aux bien-pensants économistes ! - à l'exploitation de l'homme par l'homme - désolé encore, c'est un vieux tic de langage ! - à la destruction systématique des grands (et petits) espaces naturels. Accumulation de déchets, pollutions globales à un stade quasi irrécupérable, et on nous parle de frontières, de races, comme lignes de démarcations infranchissables. Un peu jeune, je dirais.

    Non, pour certains le monde ne changera jamais. Un éternel retour de (à) la tradition de part et d'autre, un peu partout dans le monde, comme le racisme : avec la connerie c'est la chose au monde la mieux partagée. - Mais : meurtrière, la connerie humaine !

    Écrit par : sk le jeudi 01 octobre 2015 à 20h40
    Avertir le modérateur

    Merci SK pour votre note...et, sans doute pour moi surtout, pour la mise en ligne du film "Human"de Yann Arthus-Betrand que je n'ai jamais encore pu voir.
    J'en suis à la minute 30. C'est superbe !

    Écrit par : plumeplume le vendredi 02 octobre 2015 à 14h33
    Avertir le modérateur

    Morano et Marine Le Pen et les propos de de Gaulle rapportés par Alain Peyrefitte , chacune a sa manière de vouloir marcher dans les pas du général

    http://linkis.com/www.challenges.fr/po/r7JPL

    Écrit par : kulturam le vendredi 02 octobre 2015 à 15h50
    Avertir le modérateur

    ce lien donne accès à un très intéressant article.

    Écrit par : nolats le vendredi 02 octobre 2015 à 22h14
    Avertir le modérateur

    La question ne me parait pas fondamentalement celle de la non-pertinence du terme "race", mais d'une classification des composantes de la nation, basée sur des considérations morphologiques.

    Écrit par : nolats le vendredi 02 octobre 2015 à 22h22

    RépondreSupprimer

Ce blog est désormais fermé.

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.