dimanche 22 décembre 2013

La révolution totalitaire

C'est une hypothèse qui me turlupine depuis longtemps. Mais ce n'est qu'une hypothèse, et je n'ai pas vraiment les compétences pour l'étudier ou même l'exposer comme elle le mériterait. Je me souviens qu'en cours d'histoire on nous apprenait - et on continue sans doute de le faire aujourd'hui - que la Révolution Française pouvait être interprétée comme la prise de pouvoir de la classe bourgeoise. Devenue très puissante, très riche au cours des siècles de la Renaissance et des Lumières européennes, qui ont vu les marchands et les voyageurs devenir des fabricants et des entrepreneurs, comme les Fugger d'Augsbourg, qui finançaient déjà les "campagnes électorales" des empereurs au début du 16e Siècle, il manquait un certain nombre de lois et de libéralisations d'ordre économique à leurs pleins pouvoirs, que les révolutions de la fin du 18e Siècle ont - après une période de latence - permis d'instaurer.


C'est cette période de latence qui peut donner à penser...


Admettons un instant que les "révolutions totalitaires" du 20e Siècle ont permis de porter au pouvoir une nouvelle classe sociale, plus précisément cette petite-bourgeoisie bureaucratique que l'on a vu à l'oeuvre dans les régimes autoritaires. Si les marchands voyageurs de la Renaissance ont mis un certain temps à se transformer en industriels capitalistes, qui allaient supplanter l'aristocratie européenne à la tête des affaires, quelle pourrait être l'origine et quel serait le destin de cette nouvelle caste bureaucratique et gestionnaire ?



Il y a une coïncidence qui donne également à penser...


À l'image de la quasi-simultanéité des révolutions bourgeoises et industrielles, la chute du communisme autoritaire coïncide avec une autre "révolution" - électronique et technologique - qui déferle sur la planète en voie de globalisation dès les années 1995/2000 avec le Personal Computer (PC*) et la mise en place d'Internet. On y ajoutera un certain nombre d'autres appareillages qui ont également tendance - et c'est le point crucial - à changer le comportement humain : la téléphonie mobile, le Global Positioning System (GPS) etc. etc.


Il ne faut pas être très observateur pour remarquer que le système qui se met actuellement en place tend vers la surveillance globale, non seulement des individus mais également des groupes sociaux et des espaces de la planète. En réfléchissant, je me demande même si cette évolution, qui paraît aujourd'hui inéluctable, est encore véritablement sous contrôle humain ou si elle ne fonctionne pas déjà essentiellement "en automatique".


Mais pourquoi la petite-bourgeoisie ?


Ce n'est là qu'un mot pour désigner un nouveau genre d'hommes, un peu à l'image d'un control guy, d'un contrôleur, d'un gestionnaire qui veille au bon fonctionnement d'un "appareil". J'ai tendance à l'appeller "petit-bourgeois" pour son manque de culture, son étroitesse d'esprit, sa morale autoritaire, son amour immodéré pour le kitsch. Mais je sais parfaitement que je peux me tromper à ce sujet ou, plutôt, que l'on peut également faire le portrait inverse : des connaissances approfondies dans un domaine particulier, une ouverture d'esprit pour tout ce qui est "nouveau", une morale libertine et un goût pour les belles choses.


Peu importe, car le problème n'est pas vraiment là. Les historiens et les sociologues pourront mettre leur science au service de cette question. Le problème est tout simplement de savoir si les "révolutions totalitaires" du 20e Siècle vont avoir gain de cause dans les décennies ou les siècles à venir, passée la "période de latence" que nous vivons actuellement. Et je ne vous cacherai pas que mon pronostic personnel n'est pas très optimiste.


_____________


(*) Les PC existent depuis plus longtemps, et une première vague d'engouement se fait sentir dès les années 80 avec le Commodore 64 (1983) et bien sûr le Macintosh d'Apple (1984).


__________________________


Commentaires


__________________________


Bonjour SK
Le mien de pronostic n'est pas non plus très optimiste quand je vois ce qui se met en place dans les esprits, dans les entreprises et plus globalement dans les relations sociales!
Deux livres à lire passionnants dont vous trouverez les références sur mon blog en fin de la dernière note(mis à jour très récemment)...Ils aident à saisir certaines "subtilités " qui (pour le moins) ne sont pas réjouissantes et ne présagent rien de bon pour l'avenir des prochaines décennies.


Écrit par : Martin | 23 décembre 2013

__________________________


Très interrogeant, ce que tu donnes comme "phase de latence". Et effectivement les deux aspects du portrait du "control guy" (et de ses employés : Netino en train de nous scruter) ne sont pas du tout contradictoires. Plutôt complémentaires. Sachant ce qu'est déjà le pouvoir de contrôle et de direction des opinions qui est celui des médias "main stream" (entre autres), dont celui qui nous héberge, je ne suis pas plus optimiste de que toi...

écrit par delugio | 23 décembre 2013 |

__________________________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire